Texte 
Page 


Diamond

 
imprimer

Effondrement : de la durabilité des sociétés


Dans son livre « Collapse » (Effondrement, 2005), Jared Diamond a analysé l'histoire de nombreux pays et civilisations confrontés à des problèmes d'environnement cruciaux, et qui ont soit disparu, soit assuré leur pérennité par des changements de comportement radicaux.
Ainsi de la parabole de l'Ile de Pâques : isolée dans le sud-est de l'Océan Pacifique, cette île est particulièrement connue pour ses statues monumentales, les « Moaïs ». La civilisation originelle (des Polynésiens venus en pirogue au V° siècle) connut son apogée au 16° avec plus de 7 000 habitants. Cependant, les îliens coupèrent trop d'arbres, ignorant l'équilibre fragile de leur île. Après des crises de famine et des luttes liées à la raréfaction des ressources de l'île, la civilisation entière disparut, nous léguant les somptueuses statues comme témoignage mystérieux de leur grandeur passée.

J. Diamond montre cependant qu'il n'y a pas de fatalité. Il donne l'exemple des Vikings en Islande, qui arrivèrent en 870. Au début, ils abattirent les arbres et élevèrent des moutons de façons intensive si bien qu'en deux siècles l'île perdit la moitié de sa surface arable. Ils s'adaptèrent après une première période de pauvreté, en limitant la taille des troupeaux de moutons et en reboisant l'île. Aujourd'hui l'Islande est au 6° rang mondial en termes de revenu par habitant.

J. Diamond donne un autre exemple, celui des shoguns de Tokugawa : en 1600, le Japon connut en effet une grave crise de déforestation, en raison de la croissance démographique et économique qui suivit la fin de 150 ans de guerre civile. L'isolement de l'île ne permettant de compter sur aucune ressource externe, les shoguns (chefs militaires et civils) prirent de fermes décisions : réduction de la taille des bâtiments, amélioration des systèmes de chauffage, plantation de forêts gérées de manière rigoureuse...
Aujourd'hui le Japon est boisé à 70%.

Quelles leçons pour nous ?

La question brûlante est de comprendre comment une société prend les bonnes ou les mauvaises décisions. A partir de ces réussites et échecs, J. Diamond a ainsi identifié quatre obstacles à franchir par la société en danger :
1- difficulté à anticiper un problème avant qu'il ne se produise
2- difficulté à reconnaître le problème quand il arrive effectivement
3- le plus fréquent et le plus surprenant c'est l'absence de tentative de résolution du problème (cette inertie résulte d'un « comportement rationnel » et d'une résistance au changement, elle-même résultant de conflits d'intérêts entre groupes)
4- la tentation de résoudre le problème sans en avoir la capacité (pas de solution technique, coût inaccessible, efforts tardifs ou insuffisants).

Il semblerait que nous soyons en plein dans ces difficultés, et que la cause en soit précisément le point 3 : incapacité à faire bouger un système soi-disant rationnel, du fait de conflits d'intérêts provenant justement des fondements de notre société de consommation capitaliste.

Page modifiée dernièrement le Jeudi 06 Mars, 2008 [16:15:53 UTC]

Le contenu de cette page est licencié sous les termes Creative Commons.

0.26s / 8.07MB / 71 / 0.16
Powered by Tikiwiki
Copyleft 2005 ANGENIUS
Dernière mise à jour CVS: Dimanche 02 Mars, 2008 [11:53:28 UTC]