Texte 
Page 


Savoir libere

 
imprimer

Un autre modèle de société est-il possible ?

Dans un contexte de crise planétaire et de complexité croissante, le paradigme compétitif, structuré verticalement et selon une logique de monopole de pouvoir montre ses limites. Un nouveau modèle alternatif durable, basé sur la collaboration, le libre partage de la connaissance et l'engagement des individus, est en train d'émerger. Parviendra-t-il à s'imposer majoritairement ? Rien n'est moins sûr, comme le montrent les bagarres sur les OGM, les brevets, la propriétarisation du savoir...

Le problème de fond, qui dicte l'expansion du non durable dans notre société (que ce soit avec les OGM, le pillage des ressources naturelles, la biopiraterie ou la "propriétarisation" de la connaissance), c'est le principe même du capitalisme selon lequel tout est dicté par la "valeur" monétaire : dans ce système, ce qui n'a pas de prix n'a pas de valeur, ceux qui créent la rareté accumulent la richesse au détriment des autres. Dans ce modèle, les ressources naturelles et la planète n'ont pas de valeur intrinsèque puisque seul compte ce qui peut être "vendu".
Pire, ce modèle repose sur une aliénation de l'individu au bénéfice du capital. L'esclave des temps modernes est enchaîné à sa télévision, ses habitudes de consommation – et sa contrepartie, la nécessité de "gagner sa vie" pour exister.


Devenir intelligents ensemble...ou disparaître !

Dans un contexte où il n'y a plus assez de ressources, la solution c'est de créer une société basée sur le principe d'abondance, où ceux qui possèdent, gagnent à diffuser librement leur savoir plutôt qu'à limiter l'accès aux autres.
Notre intention à Angenius est donc de libérer la connaissance sur ces sujets vitaux, les modes de vie durables et les grands équilibres écosystémiques, sujets qui sont vitaux car ils touchent la vie de chacun et de tous en même temps, aujourd'hui et demain.
C'est ce que nous mettons en oeuvre avec notre principe des cellules souches, le montage de pilotes avec des territoires intelligents et des communautés apprenantes ou l'économie du don.


Et maintenant ? L'histoire de répète et bégaie...

Au 18° siècle, les "Lumières" ouvraient l'humanité à une nouvelle ère, basée sur la connaissance et la liberté. Mais cela n'a pas suffit. Aujourd'hui, 200 ans plus tard et malgré nos "avancées technologiques", nous sommes revenus aux mêmes questionnements éthiques, moraux, humains.
Quel est le sens de l'histoire, quel sens donner à notre propre futur ? Combien de temps reste-t-il pour changer la trajectoire avant qu'il ne soit trop tard ?
Il est instructif de se tourner vers l'histoire des civilisations qui nous ont précédés, pour comprendre ce qui fait qu'une société a perduré, ou périclité. Voir Effondrement, de Jared Diamond.

Où voulons nous nous situer en ce début de 21° siècle, forts de nos "avancées technologiques" mais toujours aussi aveugles aux leçons de l'histoire ? Comme au siècle des Lumières, la question est politique et éthique, avant d'être économique et sociale.
Le siècle des Lumières (fin 17°-fin 18°) ressemble étrangement à ce qui nous arrive actuellement : d'un côté, des hommes libres, courageux et visionnaires, les "Lumières" qui sortent l'humanité de son ignorance ; de l'autre les forces du pouvoir dominant qui s'opposent par tous les moyens au changement...jusqu'à l'explosion populaire fin 18° et les révolutions qui s'ensuivirent.

Page modifiée dernièrement le Jeudi 06 Mars, 2008 [20:38:37 UTC]

Le contenu de cette page est licencié sous les termes Creative Commons.

0.17s / 8.10MB / 82 / 0.34
Powered by Tikiwiki
Copyleft 2005 ANGENIUS
Dernière mise à jour CVS: Dimanche 02 Mars, 2008 [10:53:28 UTC]